Faire un contrat d’extra en restauration est une excellente option pour faire face à un pic d’activité dans un hôtel, dans des cafés, dans un restaurant ou un club de vacances. La mission peut durer quelques heures, une journée, une soirée ou plusieurs journées à la suite mais sans dépasser les 60 jours au cours d’un trimestre.

En quoi consiste l’extra restauration ?

Il faut savoir que le domaine de la restauration est sujet à des variations d’activités ponctuelles. De ce fait, on lui accorde un droit pour des recrutements saisonniers, via un contrat d’extra, mais sans dépasser les 60 jours en 3 mois. Le secteur de l’hôtellerie et les restaurateurs, recrute lors de la grande saison estivale, lors de festivals, pour les cocktails, les mariages… Certains postes sont à même à pourvoir sur le long terme après une première expérience réussie. Les postes à pourvoir ne le sont que dans les cas d’activités irrégulières et exceptionnelles de la société.

Des emplois facilement accessibles

Nous pouvons dire que ce contrat d’extra en restauration a pour mission de simplifier les démarches administratives des employeurs comme l’hôtelier, la brasserie, la restauration collective ou la restauration traditionnelle quand ils besoin d’un staff en urgence. Ce contrat est écrit et signé par le salarié lors de chacune de ses interventions. Ça peut être un contrat à temps plein ou à temps partiel pour l’entreprise qui recrute. Dans le cas où l’emploi est à caractère permanent, alors, il faut établir un contrat de travail indéterminé.

Qui peut souscrire à un contrat dans ces divers métiers de l’hôtellerie/restauration ?

Généralement, il est possible pour toute personne de faire des extras en hôtellerie et restauration. Aucune expérience n’est officiellement requise bien que certains postes requièrent du savoir-faire et de l’expérience ainsi qu’une connaissance en langues étrangères pour gérer l’afflux des touristes venant des quatre coins du monde. Il est impossible de s’improviser réceptionniste, agent de restauration ou chef de cuisine en un jour !

On distingue les métiers du service en salle comme le barman, la serveuse ou le serveur, le chef de rang, le chef sommelier, le personnel de salle, le commis de bar, le commis de restaurant ; et aussi ceux qui sont derrière les fourneaux comme le pizzaiolo, le second de cuisine, le plongeur, le pâtissier, le cuisinier, le commis de cuisine.

L’extra en restauration : très prisé des étudiants ?

En réalité, les métiers de bouche saisonnier ou les métiers de l’hôtellerie, sont très prisés des jeunes étudiants dans le domaine. Que ce soit dans un restaurant gastronomique, un snack, un pub, un hôtel, ils peuvent apprendre le métier tout en se faisant de l’argent et profiter par la même occasion d’avoir plus de connaissances dans le secteur. Toutefois, il existe des entreprises spécialisées dans ce secteur en proposant des agents polyvalents.

Les hôtels-restaurants peuvent donc miser sur une équipe professionnelle pour faire face au pic d’activité saisonnier. D’autres professionnels peuvent aussi postuler entre deux contrats. Dans tous les cas, pour espérer décrocher un contrat en extra restauration, il faut être disponible de suite et être réactif. Plusieurs sont les établissements qui recrutent à la dernière minute. Il faut des employés qui soient rapides et débrouillards.

Qu’en est-il du salaire des employés ?

Dans les plus grands établissements, l’employé en extra restauration peut percevoir jusqu’à 35 euros de l’heure.Généralement, il est payé à la fin de la prestation mais avec un contrat clair, écrit et précis, il peut recevoir son salaire à certaines fréquences sans dépasser les trente jours.

A chaque versement, il est à la charge de l’employeur de donner une feuille de paie ou un bon de caisse à son employé. Dans ce cas, il recevra un bulletin de salaire, recensant toutes ses interventions durant le mois. Il faut préciser que les salaires reçus dans l’extra restauration, doivent être déclarés à la Caisse de prévoyance sociale.

Comme le salarié en CDD et CDI, il aura droit à des congés payés équivalent au dixième de salaire qu’il a reçu pour le travail conclut. Mais il ne peut pas demander une indemnité de précarité quand le contrat prend fin.

Les avantages pour l’employé en hôtellerie ou en restauration ? Tout d’abord, il s’agit d’un emploi saisonnier qui est flexible, donc le salarié peut accepter les missions qui lui ressemble et décliner les autres. La gestion de l’emploi du temps sera aussi simplifiée et c’est une excellente manière de travailler dans des établissements de renommée. Il sera aussi possible de se former à divers métiers.